Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-07-17T04:55:07+02:00

Vivre en sachant que la suite va être difficile

Publié par Melle Alexa

Lorsque je vous écris mes articles, j’essaye d’être toujours dans un « good mood » pour relativiser face à ses épreuves que nous traversons. Mais ça n’est pas toujours le cas, dans la vraie vie.

Ce qui est bien avec une caméra, photos ou écrits, c’est que ce sont des moments « figés ».
En vrai, aujourd’hui je suis à 33 SA + 4j et je retourne à l’hôpital.
Mon ventre a de nouveau gonflé, j’ai pris 1,2kg en une semaine, ces éléments prétendent à un futur amniodrainage, du stress et de la souffrance.
Nous vivons dans l’angoisse depuis l’écho des 22 SA, soit 11 semaines et 4 jours …
Plus l’échéance approche et plus « j’ai peur ».
- Peur d’y passer à l’accouchement (les sages-femmes et docs m’ont expliqué que c’était normal, que les événements ont été un traumatisme autant physique que moral. Ça m’a un peu rassuré- En fait ça dépend des jours), car je sais que les risques sont plus nombreux. La mort me glace !
- Peur de l’instant où l’on me prendra mon bébé, ce petit être que j’ai attendu depuis si longtemps et que je ne pourrai voir et câliner que quelques heures avant qu’il ne parte se faire opérer.
- Peur que son état soit plus grave que ce qu’ils ont vu pour le moment
- Peur de son opération, et des risques post-opératoire
- Peur de le voir avec tous ses tuyaux sortir de son corps (il aura 2 sondes, une dans l’estomac, l’autre dans l’intestin pour lui permettre d’être alimenté) le voir si petit dans une boîte où je ne pourrai peut être pas le prendre, le caresser, l’embrasser pendant une période d’environ 10 jours.
- Peur de toute cette organisation que l’on va devoir gérer pendant au moins 1 mois, pour être présents tous les jours et se couper de la vie réelle pour être à ses côtés et lui donner envie de se battre tous les jours. Qu’il sache que nous sommes là, Papa et Maman proches de lui et que nous l’aimons.
- Peur de ne pas réussir à être forte, comme je l’ai toujours été (enfin … en ce moment je flanche pas mal).

Nous avons nos familles et quelques amis qui nous soutiennent à chaque rendez-vous.
Des amis même très loin, qui n’oublient pas de prendre des nouvelles régulièrement.
J’ai reçu des messages et des déclarations d’amitié, d’amis pudiques qui m’ont tellement fait du bien dans mon lit d’hôpital !!!!
Et puis, il y a les autres … « des amis » que je pensais très très proches et qui ne prennent pas le temps (depuis 11 semaines)
« Des amis » qui lorsque nous pensions que j’allais accoucher d’un bébé mort, ne m’ont même pas adressé un sms de sympathie. Des amis qui … n’en sont pas.
Ca m’a beaucoup touchée et blessée, car dans cette douleur, je me suis rendue compte qu’ils n’étaient pas là, qu’ils manquaient à l’appel.
«Ses amis » dans quelques mois (car aujourd’hui je n’en ai pas la force), n’existeront plus pour moi.

Parce que dans quelques mois, je suppose que ces épreuves nous auront rendus encore plus forts !
Qu’aujourd’hui nous vivons des moments difficiles, mais je m’accroche au fait « qu’après ça ira ».
Même si … je n’arrive pas à m’imaginer avec notre bébé, chez nous.
Je n’arrive pas à laver toutes ces petits vêtements que j’ai acheté et le
s ranger dans l’armoire.
Je n’arrive pas à faire sa chambre, tellement j’ai peur qu’il n’y soit jamais …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vivre en sachant que la suite va être difficile

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog